Jeu Legal Belgique

Jouer au casino en ligne, au poker, aux paris sportifs et hippiques sur les sites de jeux d'argent autorisés par la Belgique

Jeu Legal Belgique

Interview du CEO de la Pro League à l’occasion du lancement de la saison 23-24

2 septembre 2023

De grands changements à venir pour les clubs de foot en Belgique selon Lorin Parys

Le coup d’envoi du championnat de Belgique de football a été donné le week-end passé alors le secteur connaît quelques bouleversements suite à l’arrêté royal interdisant la publicité sur les jeux d’argent. A ce propos, le CEO de la Pro League, Lorin Parys a donné une interview au média L’ECHO dans lequel il donne des éclaircissements sur les mesures prises pour remédier à ces bouleversements

16 clubs à présent et modification du système des play-offs

Le championnat belge revient à 16 clubs et ce jusqu’à la fin de la saison à en croire le CEO de la Pro League. Il explique que c’est la nécessité d’un format stable pour les clubs, les partenaires commerciaux et autres qui a conduit à cette réforme. Le fait que les clubs non qualifiés finissaient leur saison en avril durant les saisons précédentes avait des incidences négatives sur leur modèle économique. Même si les clubs n’avaient pas remis en cause l’ancien système des play-offs, il n’en demeure pas moins que les conséquences étaient évidentes.

C’est donc pour toutes ces raisons qu’il y aura trois play-offs explique le CEO de la Pro League. Le premier concerne le titre de champion, le second pour une place en Coupe d’Europe et la dernière pour la descente en D2. Ainsi, le championnat « sera beaucoup plus excitant » selon Lorin Parys.

Concernant la santé financière des clubs belges

Le cabinet Deloitte a mené une récente étude sur la santé des clubs belges. Les résultats ne sont pas reluisants car elle a révélé un chiffre d’affaires élevé ainsi que des pertes considérables. De plus, il n’y a que 03 clubs qui sont demeurés dans le vert ces trois dernières années. C’est à croire que le football belge vit bien au-dessus de ses possibilités.

A ce propos, le CEO de la Pro League dit avoir initié deux mesures radicales pour remédier à ce problème. La première concerne la limitation de la masse salariale. En clair et à partir de cette saison, « la masse salariale  ne pourra pas dépasser 70 % des revenus ». Il s’agit d’un ‘’soft salary cap’’ qui est une première en Europe. Ce pourcentage défini se dessinait déjà puisque de 2021 à 2022, la masse salariale est passée de 77 %  à 72 %. Lorin Parys précise que les clubs ont un délai de cinq (05) pour se mettre en ordre. Par ailleurs, ils doivent s’arranger pour baisser de 20 % leur masse salariale au risque d’être sanctionné, retraits de points par exemple.

A la question de savoir si un vrai salary cap avec des salaires plafonnés aurait pu résoudre le problème, le CEO de la Pro League répond « Non car la Belgique aurait été mise en hors-jeu en Europe ». En effet, ce système n’existe qu’aux USA où les ligues sont fermées. Cela ne correspond pas du tout au business model européen.

La deuxième mesure radicale est d’ordre financier. Lorin Parys explique que « d’ici cinq ans, tous les clubs devront avoir des fonds propres positifs avec là aussi une amélioration de 20 % chaque année ». En cas de non-respect de cette mesure, des sanctions sont également prévues. Aucune sanction financière n’est prévue car cela ne contribuera qu’à empirer la situation. Dans la même perspective, le CEO de la Pro League a instauré depuis la saison dernière un cycle de formation en management qui est obligatoire pour tous les dirigeants de clubs. Le cycle aborde les aspects juridique, marketing, financier du football.

Lorin Parys insiste sur le fait qu’un club n’est pas qu’une entité sportive. D’ailleurs, les clubs pros ont dorénavant l’obligation de consacrer 3% de leurs revenus à des projets sociaux, à la formation, au foot féminin, etc. Il précise aussi que « la Pro League est aussi désormais membre de la FEB, ce qui doit permettre aux clubs d’apprendre des bonnes pratiques des autres entreprises et fédérations »

Plus de la moitié des clubs de D1 appartiennent à des investisseurs étrangers

Ce fait n’est en rien inquiétant dans la mesure où c’est le cas dans bon nombre de pays d’Europe dont la France, l’Italie et l’Angleterre. En plus, un club n’est pas une entité qu’on peut délocaliser donc cela ne cause pas de problème pour la Pro League. Ce qui est important selon le CEO est que chaque club forme des jeunes, ait des projets sportifs, sociaux, locaux puis améliore sa gestion.

Selon le CEO de la Pro League, les investisseurs étrangers sont surtout attirés par la superbe réputation qu’a la Belgique en matière de jeunes talents. A ce jour, la Jupiler Pro League fait partie des trois principaux fournisseurs de jeunes joueurs talentueux pour les cinq plus grands championnats. Les statistiques révèlent que 20 % du temps de jeu a été octroyé à des joueurs âgés de moins de 23 ans durant la saison 2021-2022. Lorin Parys rappelle que « les Lukaku, De Bruyne et autres ont généré d’importantes plus-values pour leurs clubs formateurs ».

De plus en plus d’incidents sont observés dans les tribunes des stades

Ce genre d’incidents s’est multiplié lors de la saison dernière au point où des matchs ont été arrêtés. Beaucoup rejettent le tort sur la Pro League et les clubs. Ne faut-il pas prévoir des sanctions ? Lorin Parys explique qu’il faut nuancer la question et précise le fait qu’un club ne peut maîtriser tous ses supporters au sein de son stade. Des mesures sont en train d’être prises pour remédier à cela dont des peines à l’endroit des fauteurs de troubles. Dorénavant, un supporter qui sème des troubles peut connaître sa peine en 25 jours. Le CEO de la Pro League précise que « ces peines sont deux fois plus sévères qu’avant, certains sont même interdits de stade à vie ». S’agissant des matchs arrêtés à cause des supporters, ils seront rejoués à huis-clos.

Impacts de l’arrêté royal sur l’interdiction de la publicité des jeux d’argent

Personne n’est sans savoir que la plupart des clubs sont sponsorisés par des entreprises de paris sportifs. Avec l’interdiction de la publicité, les clubs pourraient perdre jusqu’à 15 millions. La Pro League et beaucoup d’autres acteurs avaient déposé un recours en annulation qui n’a pas abouti. A ce propos, le CEO de la Pro League souligne que le principal problème est « qu’on a jamais eu de dialogue avec le gouvernement, qui n’a jamais répondu à notre proposition ». Ladite proposition concerne un accord conclu avec la Commission des jeux de hasard en collaboration avec les acteurs d’autres disciplines sportives dont le tennis, le cyclisme et le basket. Lorin Parys suggère toujours une table ronde incluant les clubs, les médias, les bookmakers, les médias afin de discuter de la question. Il ajoute « je crains qu’avec la nouvelle législation, le marché illégal ne se développe comme ce fut le cas en Italie où il a crû de 50 % »

Concernant le procès footballgate qui se tiendra l’an prochain

Lorin Parys dit qu’il revient à la justice de trancher sur cette affaire afin que la page soit tournée. C’est l’une des raisons pour laquelle la Pro League s’est constituée en partie civile. Il insiste sur l’aspect crucial que revêt l’intégrité des compétitions du football belge. Néanmoins, « cette affaire a été le déclencheur de changements bénéfiques pour notre sport » , explique-t-il. Avec le clearing house ajouté à la législation anti-blanchiment, le football se sécurise de plus en plus. Il est par ailleurs important de noter qu’il y a une baisse des frais d’agents.

A propos des stades qui constitue l’un des points faibles du football belge

Il existe actuellement des dossiers liés à la construction de nouveaux stades dont ceux du FC Bruges et de l’Union. Mais jusque-là rien n’est encore fait à cause des contraintes administratives, explique Lorin Parys. Cela constitue un « frein dans le développement économique de nos clubs ». Comme on le sait tous, un stade qui répond aux normes modernes booste le club ainsi que son environnement local.

 

18+ le jeu peut rendre dépendant. Arrêtez-vous à temps!
Plus d'informations sur www.arrêtez-vousatemps.be

Jouez avec modération!

Actualité du pari sportif en ligne légal en Belgique

Les récompenses financières dans le football belge

13 mai 2024 — Les récompenses financières des compétitions belges de football et l'impact européen Dans le football belge, les récompenses financières pour les victoires en championnat et en coupe nationale ne son...

Les records de l’Euro qui pourraient être battus en cette année 2024

13 mai 2024 — L'Euro 2024, une vitrine pour l'histoire du football Le coup d'envoi de l'Euro 2024 sera donné le 17 juin en Allemagne, marquant le début d'une compétition qui pourrait être le théâtre de nouveaux re...

Le double en tennis a fait fort en Belgique

10 mai 2024 — L'éclat du double : L'avenir prometteur du tennis belge ? Le tennis belge continue de briller sur la scène internationale, notamment grâce à ses joueurs de double exceptionnels. Bien que les performa...

Be@con 2024 : Grand événement esportif en Belgique pour les amoureux de jeux vidéo

7 mai 2024 — Be@con 2024 à Liège : Une fusion de créativité et d'enthousiasme dans le domaine des jeux vidéo et des arts numériques La Be@con 2024, qui se tiendra du 10 au 11 mai à Liège, est annoncée comme une c...

Toutes les actualités des paris sportifs en ligne en Belgique

© 2024 JEU-LEGAL-BELGIQUE.BE - Tous droits réservés - Charte graphique Six Design
Mentions légales - Avertissement - Affiliation - Jeu responsable - Contact
Jeu-Legal-Belgique.be sur Twitter   FLux RSS   Legale Kansspel België

21+ le jeu peut rendre dépendant. Arrêtez-vous à temps! Plus d'informations sur www.arrêtez-vousatemps.be
Jouer comporte des risques: endettement, dépendance, isolement. Appelez le 0800 35 777 (numéro vert).
Les jeux d'argent sont interdits aux mineurs.

-18 -21